Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 12:44

remontees-de-files.jpegNous avons assisté ce lundi au Ministère de l’Environnement et des Transports à la première réunion visant produire, pour le compte du Ministère de l’Intérieur, un rapport sur l’éventuelle légalisation de la circulation inter files pour les 2 et 3 roues motorisés, à l’instar de ce qui est fait depuis le 1er Septembre 2011 en Belgique.

 

Les représentants de la sécurité routière, mais également des représentants des assurances et quelques sociétés privées dont Citybird pour l’expérience que peut apporter le moto taxi dans sa connaissance de l’usage sécurisé de la remontée de files.

La réunion est présidée par le Préfet Regis Guyot, mandaté à cet effet par le Ministre de l’Intérieur Claude Guéant.

 

Les grands absents de la réunion ont été la FFM et la FFMC. Il est possible que le calendrier de discussion, dont l’issue doit déboucher sur un rapport au Ministère de l’Intérieur, avec pour échéance.. le mois de Juin 2012  y soit pour quelque chose !  Forcément, il est probable que les échéances soient quelque peu bousculées par le calendrier électoral, rendant incertaine l’issue des discussion en cours.

 

La circulation inter files étant toutefois tellement important pour l’industrie et les usagers du 2 roues en général que toute réunion visant à avancer sur le sujet mérite attention, ainsi que toute réunion qui pourrait faire avancer la question de la sécurité des motards.

 Car en effet, dès le début des discussions que le Préfet Guyot définit comme une réunion « technique » et en aucun cas comme une « réunion de négociation », la question de la remontée de files est directement liée au sujet des équipements des motards, et il semble évident que le fait de lâcher du lest sur un sujet s’accompagnera de mesures plus contraignantes sur l’autre. Les trop nombreux morts ou graves blessés liés à l’absence d’un équipement de protection suffisant (qui n’a pas vu de nombreux 2 roues circuler en short, sans gants et chemisettes en été..) font l’objet d’une attention particulière.

Des études très poussées réalisées et notemment à l’aide de véhicules instrumentés (caméras avant et arrière, capteurs de données, etc) par l’IFSTTAR sur les comportements routiers des 2 roues motorisés en circulation urbaine ou péri urbaine ont permis de constater que la remontée de files était évidemment très pratiquée (plus de 70% en moyenne par trajet), principalement entre les 2 voies de gauche, de plus en plus par « trains » de motos (notamment sur le périphérique parisien) et pouvait varier selon certaines régions (ainsi l’usage de la Bande d’Arrêt d’Urgence semble plus utilisée en PACA).

 

Il en découle toutefois 3 constats qui aident forcément à ouvrir le débat sur cette question de la circulation inter files :

 - Les chiffres de l’accidentologie 2 roues montrent une très faible implication répertoriée de ce type de comportement

        - Dans les faits cette remontée est déjà pratiquement tolérée   - Il est quasiment impossible d’affecter les forces de police à la verbalisation de ce type de pratique. En outre, l’exemple de la Belgique qui a « encadré » cette pratique depuis Septembre 2011 permet de s’appuyer sur un référent européen alors que les pratiques à travers l’Europe sont très disparates, entre la tolérance dans certains cas (France, Pays Bas, Autriche,  Royaume Uni et Luxembourg) et l’interdiction stricte (Allemagne, Suisse, Italie, Espagne..)
Rappelons que la question de la circulation inter files est uniformément abordée par le Traité de Vienne qui pose comme principe l’interdiction de dépassement par la droite.
En France, les forces de l’ordre disposent encore à ce jour d’un arsenal d’articles du code de la route permettant de juxtaposer un nombre important de verbalisation pour un même comportement :     Le plus courant reste le dépassement par la droite (article R414-6 du code de la route : 135€ + 3 points)    On relève également :
  • non respect des distances de sécurité (art R412-12 : 135€ + 3 points) ;
  • dépassement sans se porter suffisamment à gauche du véhicule dépassé (art R414-4 : 135€ + 3 points) ;  
  • changement de files sans motif (R412-24 : 35€)
  • S’ajoute souvent une contravention pour « vitesse excessive eu égard aux circonstances » (art 413-17 : 135€)

La question des équipements a été moins abordée. Rappelons qu’un premier pas a été fait avec le décret publié récemment et imposant, à compter du 1er janvier 2013, le port d’équipements retro réfléchissants pour les conducteurs de motos de plus de 125cm3.

  La discussion concernant les équipements fera l’objet d’une journée dédiée, sachant que la volonté affichée semble d’éradiquer les conducteurs bras et jambes nues qui, sans protection, s’exposent à de forts traumatismes, même à vitesse réduite.   Rappelons que les professionnels sont censés déjà avoir des équipements répondant à des normes précises. Les motos taxis sont évidemment très concernés et souvent attentifs à la question des équipements : les pilotes sont le plus souvent équipés des pieds à la tête avec des vêtements "techniques" permettant une protection optimale tant contre les intempéries et les clients également toujours équipés de blousons de protections et de gants.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires