Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 09:34

borne-taxi-visuel.jpgPendant que le monde du moto taxi vit dans l'attente des conséquences de l'application de la réglementation au 1er avril, un concurrent beaucoup plus sérieux que n'importe quel acteur de notre profession se profile, et que nous avions peut être un peu trop vite oublié : le taxi.

 

En effet, nous avions déjà relaté à plusieurs reprises qu'une amélioration du service des taxis était sans doute plus à craindre que n'importe quelle autre concurrence. Or depuis 2008, les choses ont bougé. En effet, si les rapports Attali et Chassigneux consacraient quelques pages au moto taxi et instauraient dès 2008 les prémisces de la nouvelle loi d'orientation sur le tourisme qui intégre notamment le décret qui nous concerne, ils ont surtout découlé sur un protocole d'accord entre les autorités et les associations de taxi.

 

A cet effet, nous avons participé à une présentation de Madame Maryline Jouaillec,  Secrétaire Générale de la FNAT (Fédération Nationale des Artisans Taxis) et directeur du Centre de formation des taxis sur l'évolution des taxis depuis 2 ans et le moins que l'on puisse dire, c'est que les choses évoluent sensiblement.

 

Tout d'abord, il est intéressant de constater que chez les taxis également, les artisans représentent plus de 80% de la profession à Paris et jusqu'à 95% en Province.

 

Un objet récurrent de débat se situe beaucoup sur le sentiment de manque de taxis et notamment dans la Capitale qui, outre sa population Intra Muros et couronne de près de 12 Millions d'habitants, auxquels s'ajoutent 40 Millions de touristes par an. Or, selon les chiffres de Richard Darbera, chercheur au CNRS et spécialisé dans les modes de transports par taxi, le ration population / taxi à Paris (2,63 taxis par habitant contre 1,63 à New York et 3,18 à Londres) n'est pas si éloigné des autres grandes capitales européennes ou mondiales : cela fait toutefois exception des chiffres de solutions alternatives (transport dit de remise) dont les chiffres ne sont pas renseignés.

 

Le protocole de 2008 : 25 engagements pour une meilleure qualité de service

 

- 7 engagements pour la viabilité économique de l'activité avec entre autre accès au transport public de personnes (type patients en sortie d'hopitaux pris en charge par la sécurité sociale), réforme de la formation etc...

 

- 3 engagements concernant l'amélioration de la qualité de service

- nouveaux lumineux (vert ou rouge) indiquant de manière plus lisible la disponibilité d'un taxi

- charte graphique homogène (toits et montants)

- édition automotisée d'une facturette (utile notamment pour les voyageurs d'affaires)

 

- 3 engagements pour l'amélioration de l'adéquation entre l'offre et la demande

 

- 13 engagements spécifiques aux taxis parisiens :

- aménagement de la commission des taxis

- bornes d’appel « intelligentes »

- 20 000 services taxis en 2012

- régularisation du retard pris en matière de délivrance d’ADS

- 20% d’ADS en doublage (2 sorties journalières)
- allongement de la durée de service journalier

- distribution d’ADS aux sociétés sous condition d’exploitation en doublage pendant 5 ans

- renforcement des effectifs des boers (de 15 à 85) police des taxis

- affectation d’une voie dédiée sur l’A1 entre CDG et Paris

- limiter le nombre d’accès à la base arrière de CDG

- étudier la possibilité de créer des forfaits aéroports

- instance de concertation

 

Autant dire une chose, l'offre de taxis va augmenter sur Paris et la qualité de service va s'améliorer : c'est peut être là, pour les motos taxis, la concurrence qu'il faudra suivre le plus attentivement, d'autant que, toujours selon la FNAT, 90% des taxis parisiens sont sur place moins de 7 minutes après la demande du client.

 

Quelques sources d'espoir malgré tout pour l'avenir des motos taxis :

 

- Paris est l'une des villes au monde où l'on circule le moins bien : pour information, un taxi roule en moyenne dans Paris à moins de 15 km/h (alors que le chiffre de 34 km/h de moyenne est estimé pour une moto)

 

- l'arrivée de l'offre Autolib, avec quelques 3000 véhicules supplémentaires à terme, va peser sur le parc en circulation et donc les embouteillages

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires