Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 21:28
Pas facile de trouver le pilote idéal pour le métier de moto-taxi : pas facile de répondre aux exigences d'un métier plus difficile qu'on ne le croit non plus

Les exigences clients à l'égard d'un pilote de moto taxi sont multiples :

- évidemment sa conduite vient au premier plan : le client de "moto taxi" étant souvent non-motard, il s'attend, après avoir franchi la barrière psychologique de se faire conduire à moto, à se faire conduire en toute sécurité, avec souplesse et sans "à coups". Il déteste serrer les abdos pendant un trajet et vient surtout chercher la séreinité d'être conduits en un temps de trajet garanti. Les fans de pointe de vitesse, de courbes ascérées sont donc priés de garder leur soif d'adrénaline pour les circuits ou les balades personnelles.

- la présentation est très importante : la clientèle du "moto taxi" est une clientèle haut de gamme pour laquelle le temps est précieux. Les clients peuvent déserter certains autres modes de transport qu'ils jugeront également peu à leur gout du fait de véhicules sales et d'une politesse toute relative. En payant plu cher sa prestation, le client s'attend également à être accueilli avec égard, le sourire, un minimum de discussion mais aussi de discrétion si besoin. Le look "baroudeurs" est à proscrire...

- la connaissance de l'itinéraire et donc de la région d'activité : toute hésitation sur le trajet, ou toute focalisation abusive sur le GPS entraine une perte de concentration qui se traduit immédiatement par un moindre confort sur la moto par le passager qui le ressent très vite. On ne demandera pas à un pilote de connaitre toute sa région par coeur mais la capacité d'ouvrir un plan, se repérer son itinéraire rapidement et ensuite d'aller droit au but est un gage de sérieux très recherché.


Mais les exigences du métier sont également très dures :

Tous les professionnels le diront : ne pas confondre passion pour les balades en moto du week end ou plaisir de se rendre tous les matins en moto au bureau plutôt qu'en voiture et capacité à devenir pilote de moto-taxi. Combiens de CV reçus du type "je suis ingénieur réseau, je veux me reconvertir, j'adore la moto d'ailleurs j'ai une superbe Ducati,...."...

Le métier est très physique : parcourant de 5 à 8000 kms par mois, les pilotes de motos taxis se doivent d'être endurants. Ils n'ont pas, l'hiver venu, le confort d'un habitacle chauffé et protégé de la pluie pour se reposer entre deux trajets; lorsqu'il s'agit de se lever à 5h du matin pour aller chercher un client à la sortie d'un vol par 0 degré, il faut que le physique et le mental suive, dans la durée. Il est d'ailleurs très conseillé de s'entretenir physiquement pour être résistant dans cette activité : la faiblesse physique pardonne beaucoup moins en moto qu'en voiture..

La résistance au stress est une obligation : entre la circulation dense et la nervosité des usagers de la route, le stress d'un client parfois fatigué d'un voyage d'affaires ou se rendant à un rendez vous capital, le stress d'un enchainement "tendu" entre deux trajets à la suite d'un retard de vol, celui de mettre en jeu son permis de conduire (et donc son outl de travail), le pilote de "moto taxi" est soumis à de nombreuses tensions. Une vie saine et sportive , des périodes de repos régulières sont vivement recommandéess.

Malgré tout, les pilotes de "moto taxi" (qui sont moins de 300 en France actuellement) ont quelques motifs de satisfaction dans l'exercice de leur métier :

- pour ceux qui n'aiment pas être enfermés dans un bureau et voire tous les jours la même tête
- pour ceux qui sont en effet passionnés de moto et qui en vivent (même parfois pas trop mal)
- pour la richesse des conversations qu'ils peuvent avoir avec des clients souvent intéressants venus de métiers très divers et parfois des célébrités
- pour les anecdotes multiples qu'ils peuvent raconter...
- pour les ambiances sympa entre pilotes...

Je voudrais conclure cet article en tirant mon chapeau à tous ces pilotes qui exercent leur profession et surtout les pionniers qui malgré les exigences citées plus haut ont gardé toutes les qualités nécessaires et ont fait de cette activité ce qu'elle est aujourd"hui...





Partager cet article

Repost 0

commentaires